Vin Bordeaux Margaux

Il y a 35 produits.

A partir du XVIe siècle, les "bourdieux", propriétés viticoles appartenant à des grandes familles bordelaises, émergent dans le paysage margalais et préfigurent les futurs grands châteaux. Avec le savoir-faire des ingénieurs hollandais (clapets à marée), l'assainissement des sols entrepris sous le règne de Henri IV favorise l'implantaion des vignes sur les croupes graveleuses de la bassse et des moyennes terrasses. Vers 1760, les principaux "crus" de Margaux sont installés et la cartographie du vignoble établie à cette époque (carte dite de "Belleyme") n'est guère différente de celle d'aujourd'hui. Dépôts fluviatiles quaternaires de la Garonne, les petits graviers (graves dragées) et les galets plus grossiers, enrobés dans une matrice sableuse plus ou moins argileuse, reposent sur un substratum calcaire. Le réseau hydrographique dense a façonné croupes et terrasses qui s'étagent entre 6 et 33 m. Avec la plus grande superficie des "communales" du Médoc, la zone géographique couvre le territoire de 5 communes.

Le cabernet-sauvignon, cépage emblématique du Médoc, friand de la pédagogie de Margaux, couvre 60% des surfaces plantées et apporte structure, bouquet et potentiel de conservation. Le merlot ne participe que rarement à plus de 30 % des assemblages. Les vins ont une robe dense, grenat foncé, et des nuances de fruits rouges ou noirs (framboise, myrtille). Après élevage, la structure tannique est élégante, fine et souple, avec une magnifique longueur en bouche qui honore le bouquet complexe exhalant notes d'épices douces (vanille), végétales (truffe), animales (musc) et de torréfaction (café, pain grillé).

Les usages ont consacré, depuis trois siècles, les vins de Margaux qui peuvent s'enorgueillir d'un éventail unique de 21 "crus classés" au sein du classement de 1855. 16 propriétés, dont 2 "crus bourgeois exceptionnels", et 8 "crus bourgeois supérieurs", figurent, de surcroît, au sein du classement des "crus bourgeois du Médoc" de 1932. 

0